Jésus a dit "Le Royaume de Dieu est en toi et tout autour de toi, pas dans des palais de bois ou de pierre"

Jésus dit "Fend le bois je suis là; soulève la pierre et tu m'y trouveras!"

www.unisson06.org/dossiers/religion/ecrits_spirituels/christianisme/evangile_thomas.htm

mercredi 29 février 2012

Quel trésor, Eckhart Tolle, fr

mardi 28 février 2012

INREES | Risquez la spiritualité (VIDEO)

Si vous ne visualisez pas ce message, rendez-vous sur cette page


INREES - Institut de Recherche sur les Expériences Extraordinaires


Comment entrer en rapport avec le présent, avec la réalité ? Selon le philosophe Fabrice Midal, inspiré par Chögyam Trungpa - l'un des premiers grands maîtres bouddhistes tibétains à avoir partagé son enseignement avec les Occidentaux - le véritable chemin spirituel passe par un face à face avec soi-même. L'engagement spirituel représente un risque, celui de sa liberté...

La conférence « Le sens de la spiritualité » accessible en intégralité (1h12) pour les abonnés
Abonnez-vous dès maintenant »




L'équipe INREES,

www.inrees.com


Vous êtes actuellement abonné à la newsletter de l'INREES - inrees.com
Pour vous désinscrire : cliquez sur ce lien



vendredi 24 février 2012

Une décision difficile à prendre


Bonjour Jacynthe, 

Pour ce qui est des énergies ces temps-ci et bien ça bouge beaucoup car nous on a plein de chose qui nous arrive en même temps. 
Serge vient de se faire arrêter de travailler car il s'est fait mal au travail. Il a une hernie discale et il en a au mois pour quelques mois sans retourner travailler. 
En plus, on a des offres pour déménager et pour peut-être la possibilité de nouveaux projets. Tout cela en plus du mariage. Je trouve cela beaucoup et je ne sais pas quoi prendre comme décision. 
Est-ce qu'on attend pour bouger après le mariage ou avant. Je ne le sais pas et surtout j'ai peur de ne pas faire le bon choix soit pour nos projets ou pour une nouvelle demeure. C'est sur qu'on est tanné et qu'on veut déménager mais ou et quand. Serge lui est plus décidé que moi. La décision me revient. 
En tout cas je sais qu'il ne sait pas fait arrêter de travailler pour rien car je crois qu'on a des choix et des décisions a prendre pendant son arrêt. Je vais peut-être aller voir encore Nicole pour m'aider si je vois que je n'y arrive pas. 
Pour ce qui est des séances et bien ça va bien. Justement on en fait une demain soir. 
En tout cas si jamais tu as une réponse pour moi qui pourrait m'aider et bien fait moi le savoir car je prends tout ce qui peut m'aider à prendre la bonne décision donc faire le bon choix. 
Je sais que les meilleures réponses viennent quand on le demande mais je suis tellement confuse car il arrive trop de chose en même temps. Une chose a la fois et je vais y arriver. J'ai hâte que tu reviennes car je m'ennui et j'ai hâte de voir la nouvelle personne en toi car je sais que ce voyage t'a beaucoup aider et qu'il y a eu une guérison en toi durant ce voyage. J'espère que je ne me trompe pas car c'est cela que je ressens. En tout cas je te laisse et redonne moi des nouvelles de temps en temps.
Je t'embrasse
Stéph
xox 


********************************


Bonjour Stéphanie, pour Serge sa blessure vient à la suite d'avoir endurer d'en avoir plein le dos d'une situation sans y avoir remédié.

Au stade ou tu en es, je ne t'aiderais pas en te donnant la solution. Au contraire et à partir de ce que tu apprendras avec ceci tu pourras régler facilement n'importe quel dilemme.

La solution a savoir quelle est la bonne décision à prendre est simple, à l'intérieur d'un moment d'intériorisation, tu prend l'idée, l'image d'une des solutions que tu envisages en étant le plus précis possible, disons l'image d'un lieu qui t'as été offert ou d'un de tes projets, tu le visualise  tu descend l'image dans ton coeur et tu écoutes ton corps, tu garde le focus sur l'image un moment, ne sois pas pressée, comment réagit ton corps émotionnel?, tu ressens une joie? Ou tu ressens de l'angoisse un malaise?

C'est ta réponse, tu le fait avec chacune des idées de solution que tu envisages, une après l'autre dans la même méditation, chacune dois te faire vivre une émotion quand tu le fais correctement et celle qui te fait ressentir de la joie est la bonne.

Ensuite de t'attarde plus sur celle qui t'a fait vivre de l'angoisse, tu l’oubli, tu la mets de coté, tu l'effaces même si c'était mentalement (l'égo, le mental le corps mental) celle qui te tentait le plus, car c'est ta réponse, de tes guides, et si tu fais ce choix c'est ce que cette décision te fera vivre du mal-être, de l'angoisse si tu la choisis.

Prend la direction de celle qui t'as fait ressentir la joie, commence lentement les procédures et ça arrivera au moment opportun si tu n'hésites pas dans d'autres direction, tout se placeras pour que ça arrive tant et aussi longtemps que tu gardes le focus sur cette direction seulement.

La confusion amène la confusion. Sois claire et ferme sur le choix une fois que tu auras ta réponse et ne laisse personne y mettre des doutes, des peurs ou des émotions qui ne t'appartiennent pas ou d'essayer d'y mettre un sentiment de culpabilité. (en toi, pas obligé de l'exprimer, la sagesse c'est aussi quelques fois savoir se taire pour ne pas blesser mais de manifester de la compassion). 

Pendant cette procédure quand tu auras eu ta réponse demande quand est le meilleur moment, demande à voir la saison et vois comment sont les arbres dans tes visions, comme au printemps, comme en été en automne ou comme en hiver, tu auras ta réponse.

Ce que tes anges te dicteront de faire sera la bonne chose à faire.

Namasté ma belle enfant.

Jacynthe

PS: donne m'en des nouvelles et surtout ne tarde pas trop à faire cette démarche même si tu n'es pas prête à passer à l'action, car la confusion amène la confusion et plus tu la nourri plus elle se cristallise en toi comme elle vient de se cristalliser en Serge.

jeudi 23 février 2012

INREES | Comment apprendre à développer à notre intuition ? (VIDEO)

Si vous ne visualisez pas ce message, rendez-vous sur cette page


INREES - Institut de Recherche sur les Expériences Extraordinaires


Le sixième sens ! Comment apprendre à connaître et à développer cette capacité en nous ? Face à nos moments d'intuition, on est souvent enclin à parler de « chance », de « hasard » ou de « coïncidences ».
L'INREES vous propose d'aller plus loin à travers cette soirée exceptionnelle consacrée à l'exploration de nos perceptions intuitives.


La conférence « Au coeur du 6e sens » accessible en intégralité (1h16) pour les abonnés
Abonnez-vous dès maintenant »




L'équipe INREES,

www.inrees.com


Vous êtes actuellement abonné à la newsletter de l'INREES - inrees.com
Pour vous désinscrire : cliquez sur ce lien



lundi 20 février 2012

Les Pieds sur la Terre la Tête dans les Etoiles

         « Les pieds sur la terre la tête dans les étoiles »


Qui sommes nous?

 

Des âmes incarnées sur la terre, dans un corps de chair.

Le corps est une merveille, la présence même du Divin sur la terre.

Il est une sagesse supérieure que même les plus grands scientifiques ne peuvent pas

comprendre mais qu'il t'est donné d'étudier.

 

D'où venons nous?

 

De mondes invisibles aussi réels que la terre.

 

allons nous?

 

Toi seul construis ton chemin, car nous sommes des êtres créateurs.

Nous pouvons marcher sur le chemin des Dieux, ou sur un chemin

sans âme, vivre machinalement,

pour la beauté du corps, pour notre bien être, avoir pour dieux

les stars du sport, de la chanson, de la télé réalité. ..

Ou accueillir sur la terre une intelligence divine supérieure et faire

entrer ce monde vivant dans son existence.

Mais personne ne te demande de repousser les plaisirs de la vie courante,

les divertissements, ils font aussi partie de notre vie.

 

Quel sens donner à sa vie ?

 

L'intelligence, c'est d'apprendre, d'entrer dans la connaissance des mystères

de l'être humain, de la vie,

de vérifier par soi-même, de ne jamais croire aveuglément tout ce qui nous

est proposé.

 

La connaissance est la dignité de l'être humain

 

La connaissance, c'est le précieux. Tu dois avoir une grande curiosité pour le monde,

être amoureux du savoir, de tout ce qui peut t'éclairer.

Alors, par l'étude, le corps se transforme, les sens s'aiguisent, l'intelligence

s'allume et, avec elle,

les mondes invisibles se révèlent et montrent le lien mystérieux qu'ils tissent avec la vie

quotidienne de l'homme.

C'est un pas après l'autre que le chemin se clarifie et illumine la vie.

« La vérité vous rendra libre » Paroles d'un grand Maître

 

N'écoute pas celui qui veut te faire croire que l'âge d'or va arriver sur la terre,

sans que tu n'aies rien à faire...

Quitte tes peurs, tes doutes. Le savoir libère de la peur, des doutes.

Alors, étudie et tu te libèreras, sinon tu ne seras jamais libre.

Sans toi, sans ton travail, sans ta participation, l'âge d'or ne se fera pas pour toi.

 

La terre est la plus grande, la plus belle des écoles, c'est l'école de la vie

 

Dans cette école, la dualité n'existe pas, il n'y a pas d'un côté la spiritualité,

de l'autre la vie matérielle: il faut savoir illuminer sa vie pour vivre.

« Les pieds sur la terre la tête dans les étoiles »

 

C'est ce que nous offrons à tous les chercheurs de Lumière, les aider

à se connaître, à trouver leur véritable identité.

Les hommes sont comme un parterre de fleurs, nul n'est pareil, il faut

trouver son propre parfum, son image personnelle.

C'est dans un monde riche de nos différences, unis dans un grand puzzle,

que nous pourrons créer ensemble un autre monde.

 

L'Ordre des Esséniens

 

Les Esséniens sont de tout temps les gardiens de cet enseignement et ont ouvert

depuis deux décennies leur porte à tous les chercheurs de Lumière. Si tu veux écrire

ta vie toi-même et découvrir qui tu es réellement, tu es chaleureusement invité

à te joindre à nous lors de nos rassemblements.

 

Le prochain séminaire Essénien aura lieu du 21 au 25 Mars,

dans une belle terre d'accueil, à 1h de Perpignan, près de Gérone.


L'équipe d' Essenia Europe


Pour nous contacter

Tél    : +33 (0) 633 729 199 ou +33 (0) 612 559 182
Mail :
contact@essenia-europe.org

Visitez mon site www.nation-essenienne.org

Veuillez me retirer de votre liste de diffusion







vendredi 17 février 2012

En finir avec la souffrance





Eckhart Tolle

« La douleur et la souffrance sont inévitables tant et aussi longtemps que vous êtes identifié à votre mental, c'est-à-dire inconscient spirituellement parlant. Je fais ici surtout référence à la souffrance émotionnelle, également la principale cause de la souffrance et des maladies corporelles. Le ressentiment, la haine, l'apitoiement sur soi, la culpabilité, la colère, la dépression, la jalousie, ou même la plus petite irritation sont sans exception des formes de souffrance.

Et tout plaisir ou toute exaltation émotionnelle comportent en eux le germe de la souffrance, leur inséparable opposé, qui se manifestera à un moment donné. N'importe qui ayant déjà pris de la drogue pour "décoller" sait très bien que le "planage" se traduit forcément par un "atterrissage", que le plaisir se transforme d'une manière ou d'une autre en souffrance. Beaucoup de gens savent aussi d'expérience avec quelle facilité et rapidité une relation intime peut devenir une source de souffrance après avoir été une source de plaisir. Si on considère ces polarités négative et positive en fonction d'une perspective supérieure, on constate qu'elles sont les deux faces d'une seule et même pièce, qu'elles appartiennent toutes deux à la souffrance sous-jacente à l'état de conscience dit de l'ego, à l'identification au mental, et que cette souffrance est indissociable de cet état.

Il existe deux types de souffrance : celle que vous créez maintenant et la souffrance passée qui continue de vivre en vous, dans votre corps et dans votre mental. Maintenant, j'aimerais vous expliquer comment cesser d'en créer dans le présent et comment dissoudre celle issue du passé.

La plus grande partie de la souffrance humaine est inutile. On se l'inflige à soi-même aussi longtemps que, à son insu, on laisse le mental prendre le contrôle de sa vie.

La souffrance que vous créez dans le présent est toujours une forme de non-acceptation, de résistance inconsciente à ce qui est. Sur le plan de la pensée, la résistance est une forme de jugement. Sur le plan émotionnel, c'est une forme de négativité. L'intensité de la souffrance dépend du degré de résistance au moment présent, et celle-ci, en retour, dépend du degré d'identification au mental. Le mental cherche toujours à nier le moment présent et à s'en échapper. Autrement dit, plus on est identifié à son mental, plus on souffre. On peut également l'énoncer ainsi :

PLUS ON EST À MÊME DE RESPECTER ET D'ACCEPTER LE MOMENT PRÉSENT, PLUS ON EST LIBÉRÉ DE LA DOULEUR, DE LA SOUFFRANCE ET DU MENTAL.

Tant que vous êtes incapables d'accéder au pouvoir de l'instant présent, chaque souffrance émotionnelle que vous éprouvez laisse derrière elle un résidu. Celui-ci fusionne avec la douleur du passé, qui était déjà là, et se loge dans votre mental et votre corps. Bien sûr, cette souffrance comprend celle que vous avez éprouvée enfant, causée par l'inconscience du monde dans lequel vous êtes né.

Cette souffrance accumulée est un champ d'énergie négative qui habite votre corps et votre mental. Si vous la considérez comme une entité invisible à part entière, vous n'êtes pas loin de la vérité. Il s'agit du corps de souffrance émotionnel. Il y a deux modes d'être : latent et actif. Un corps de souffrance peut être latent 90 % du temps. Chez une personne profondément malheureuse, cependant, il peut être actif tout le temps. Certaines personnes vivent presque entièrement dans leur corps de souffrance, tandis que d'autres ne le ressentent que dans certaines situations, par exemple dans les relations intimes ou les situations rappelant une perte ou un abandon survenus dans leur passé, au moment d'une blessure physique ou émotionnelle. N'importe quoi peut servir de déclencheur, surtout ce qui fait écho à un scénario douloureux de votre passé. Lorsque le corps de souffrance est prêt à sortir de son état latent, une simple pensée ou une remarque innocente d'un proche peuvent l'activer.

Le corps de souffrance ne désire pas que vous l'observiez directement parce qu'ainsi vous le voyez tel qu'il est. En fait, dès que vous ressentez son champ énergétique et que vous lui accordez votre attention, l'identification est rompue. Et une dimension supérieure de la conscience entre en jeu. Je l'appelle la présence. Vous êtes dorénavant le témoin du corps de souffrance. Cela signifie qu'il ne peut plus vous utiliser en se faisant passer pour vous et qu'il ne peut plus se régénérer à travers vous. Vous avez découvert votre propre force intérieure. Vous avez accédé au pouvoir de l'instant présent.

Plusieurs corps de souffrance sont exécrables mais relativement inoffensifs, comme c'est le cas chez un enfant qui ne cesse de se plaindre. D'autres sont des monstres vicieux et destructeurs, de véritables démons. Certains sont physiquement violents, alors que beaucoup d'autres le sont sur le plan émotionnel. Ils peuvent attaquer les membres de leur entourage ou leurs proches, tandis que d'autres préfèrent assaillir leur hôte, c'est-à-dire vous-même. Les pensées et les sentiments que vous entretenez à l'égard de votre vie deviennent alors profondément négatifs et autodestructeurs. C'est ainsi que les maladies et les accidents sont souvent générés. Certains corps de souffrance mènent leur hôte au suicide.

Si vous pensiez connaître une personne, ce sera tout un choc pour vous que d'être pour la première fois confrontée soudainement à cette créature étrange et méchante. Il est cependant plus important de surveiller le corps de souffrance chez vous que chez quelqu'un d'autre.

Remarquez donc tout signe de morosité, peu importe la forme qu'elle peut prendre. Ceci peut annoncer le réveil du corps de souffrance, celui-ci pouvant se manifester sous forme d'irritation, d'impatience, d'humeur sombre, d'un désir de blesser, de colère, de fureur, de dépression, d'un besoin de mélodrame dans vos relations, et ainsi de suite. Saisissez-le au vol dès qu'il sort de son état latent.

Le corps de souffrance veut survivre, tout comme n'importe quelle autre entité qui existe, et ne peut y arriver que s'il vous amène à vous identifier inconsciemment à lui. Il peut alors s'imposer, s'emparer de vous, "devenir vous" et vivre par vous. Il a besoin de vous pour se "nourrir". En fait, il puisera à même toute expérience entrant en résonance avec sa propre énergie, dans tout ce qui crée davantage de douleur sous quelque forme que ce soit : la colère, un penchant destructeur, la haine, la peine, un climat de crise émotionnelle, la violence et même la maladie. Ainsi, lorsqu'il vous aura envahi, le corps de souffrance créera dans votre vie une situation qui reflétera sa propre fréquence énergétique, afin de s'en abreuver. La souffrance ne peut soutenir qu'elle-même. Elle ne peut se nourrir de la joie, qu'elle trouve vraiment indigeste.

Lorsque le corps de souffrance s'empare, vous en redemandez. Soit vous êtes la victime, soit le bourreau. Vous voulez infliger de la souffrance ou vous voulez en subir, ou bien les deux. Il n'y a pas grande différence. Vous n'en êtes pas conscient, bien entendu, et vous soutenez avec véhémence que vous ne voulez pas de cette souffrance. Mais si vous regardez attentivement, vous découvrez que votre façon de penser et votre comportement font en sorte d'entretenir la souffrance, la vôtre et celle des autres. Si vous en étiez vraiment conscient, le scénario disparaîtrait de lui-même, car c'est folie pure que de vouloir souffrir davantage et personne ne peut être conscient et fou en même temps.

En fait, le corps de souffrance, qui est l'ombre de l'ego, craint la lumière de votre conscience. Il a peur d'être dévoilé. Sa survie dépend de votre identification inconsciente à celui-ci et de votre peur inconsciente d'affronter la douleur qui vit en vous. Mais si vous ne vous mesurez pas à elle, si vous ne lui accordez pas la lumière de votre conscience, vous serez obligé de la revivre sans arrêt. Le corps de souffrance peut vous sembler un dangereux monstre que vous ne pouvez supporter de regarder, mais je vous assure que c'est un fantôme minable qui ne fait pas le poids face au pouvoir de votre présence.

Lorsque vous commencerez à vous désidentifier et à devenir l'observateur, le corps de souffrance continuera de fonctionner un certain temps et tentera de vous amener, par la ruse, à vous identifier de nouveau à lui. Même si la non-identification ne l'énergise plus, il gardera un certain élan, comme la roue de la bicyclette continue de tourner même si vous ne pédalez plus. A ce stade, il peut également créer des maux et des douleurs physiques dans diverses parties du corps, mais ceux-ci ne dureront pas.

Restez présent, restez conscient. Soyez en permanence le vigilant gardien de votre espace intérieur. Il vous faut être suffisamment présent pour pouvoir observer directement le corps de souffrance et sentir son énergie. Ainsi, il ne peut plus contrôler votre pensée.

Dès que votre pensée se met au diapason du champ énergétique de votre corps de souffrance, vous y êtes identifié et vous le nourrissez à nouveau de vos pensées.

Par exemple, si la colère en est la vibration énergétique prédominante et que vous avez des pensées de colère, que vous ruminez ce que quelqu'un vous a fait ou ce que vous allez lui faire, vous voilà devenu inconscient et le corps de souffrance est dorénavant "vous-même". La colère cache toujours de la souffrance.

Lorsqu'une humeur sombre vous vient et que vous amorcez un scénario mental négatif en vous disant combien votre vie est affreuse, votre pensée s'est mise au diapason de ce corps et vous êtes alors inconscient et ouvert à ses attaques. Le mot "inconscient", tel que je l'entends ici, veut dire être identifié à un scénario mental ou émotionnel. Il implique une absence complète de l'observateur.

L'attention consciente soutenue rompt le lien entre le corps de souffrance et les processus de la pensée. C'est ce qui amène la métamorphose. Comme si la souffrance alimentait la flamme de votre conscience qui, ensuite, brille par conséquent d'une lueur plus vive. Voilà la signification ésotérique de l'art ancien de l'alchimie : la transformation du vil métal en or, de la souffrance en conscience. La division intérieure est résorbée et vous devenez entier. Il vous incombe alors de ne plus créer de souffrance.

Concentrez votre attention sur le sentiment qui vous habite. Sachez qu'il s'agit du corps de souffrance. Acceptez le fait qu'il soit là. N'y pensez pas. Ne transformez pas le sentiment en pensée. Ne le jugez pas. Ne l'analysez pas. Ne vous identifiez pas à lui. Restez présent et continuez d'être le témoin de ce qui se passe en vous. Devenez conscient non seulement de la souffrance émotionnelle, mais aussi de "celui qui observe", de l'observateur silencieux. Voici ce qu'est le pouvoir de l'instant présent, le pouvoir de votre propre présence consciente. Ensuite, voyez ce qui se passe.

Le processus que je viens de décrire est profondément puissant mais simple. On pourrait l'enseigner à un enfant, et espérons qu'un jour ce sera l'une des premières choses que les enfants apprendront à l'école. Lorsque vous aurez compris le principe fondamental de la présence, en tant qu'observateur, de ce qui se passe en vous - et que vous le "comprendrez" par l'expérience -, vous aurez à votre disposition le plus puissant des outils de transformation.

Ne nions pas le fait que vous rencontrerez peut-être une très grande résistance intérieure intense à vous désidentifier de votre souffrance. Ce sera particulièrement le cas si vous avez vécu étroitement identifié à votre corps de souffrance la plus grande partie de votre vie et que le sens de votre identité personnelle y est totalement ou partiellement investi. Cela signifie que vous avez fait de votre corps de souffrance un moi malheureux et que vous croyez être cette fiction créée par votre mental. Dans ce cas, la peur inconsciente de perdre votre identité entraînera une forte résistance à toute désidentification. Autrement dit, vous préféreriez souffrir, c'est-à-dire être dans le corps de souffrance, plutôt que de faire un saut dans l'inconnu et de risquer de perdre ce moi malheureux mais familier.

Examinez cette résistance. Regardez de près l'attachement à votre souffrance. Soyez très vigilant. Observez le plaisir curieux que vous tirez de votre tourment, la compulsion que vous avez d'en parler ou d'y penser. La résistance cessera si vous la rendez consciente. Vous pourrez alors accorder votre attention au corps de souffrance, rester présent en tant que témoin et ainsi amorcer la transmutation.

Vous seul pouvez le faire. Personne ne peut y arriver à votre place. Mais si vous avez la chance de trouver quelqu'un d'intensément conscient, si vous pouvez vous joindre à cette personne dans l'état de présence, cela pourra accélérer les choses. Ainsi, votre propre lumière s'intensifiera rapidement. Lorsqu'une bûche qui commence à peine à brûler est placée juste à côté d'une autre qui flambe ardemment et qu'au bout d'un certain temps elles sont séparées, la première chauffera avec beaucoup plus d'ardeur qu'au début. Après tout, il s'agit du même feu. Jouer le rôle du feu, c'est l'une des fonctions du maître spirituel. Certains thérapeutes peuvent également remplir cette fonction, pourvu qu'ils aient dépassé le plan mental et qu'ils soient à même de créer et de soutenir un immense état de présence pendant qu'ils s'occupent de vous.

La première chose à ne pas oublier est la suivante :

TANT ET AUSSI LONGTEMPS QUE VOUS VOUS CRÉEREZ UNE IDENTITÉ QUELCONQUE À PARTIR DE LA SOUFFRANCE, IL VOUS SERA IMPOSSIBLE DE VOUS EN LIBÉRER.

Tant et aussi longtemps que le sens de l'identité sera investi dans la souffrance émotionnelle, vous sabotez inconsciemment toute tentative faite dans le sens de guérir cette souffrance ou y résisterez d'une manière quelconque. Pourquoi ? Tout simplement parce que vous voulez rester intact et que la souffrance est fondamentalement devenue une partie de vous. Il s'agit là d'un processus inconscient, et la seule façon de le dépasser est de le rendre conscient.

Réaliser soudainement que vous êtes ou avez été attaché à votre souffrance peut-être la cause d'un grand choc. Mais dès l'instant où cette prise de conscience a lieu, l'attachement est rompu.

Un peu comme une entité, le corps de souffrance est un champ énergétique qui se loge temporairement à l'intérieur de vous. C'est de l'énergie vitale qui est prise au piège et ne circule plus.

Bien entendu, le corps de souffrance existe en raison de certaines choses qui se sont produites dans le passé. C'est le passé qui vit en vous, et si vous vous identifiez au corps de souffrance, vous vous identifiez par la même occasion au passé. L'identité de victime est fondée sur la croyance que le passé est plus puissant que le présent, ce qui est contraire à la vérité. Que les autres et ce qu'ils vous ont fait sont responsables de ce que vous êtes maintenant, de votre souffrance émotionnelle ou de votre incapacité à être vraiment vous-même.

La vérité, c'est que le seul pouvoir qui existe est celui propre à l'instant présent : c'est le pouvoir de votre propre présence à ce qui est. Une fois que vous savez cela, vous réalisez également que vous-même et personne d'autre êtes maintenant responsable de votre vie intérieure et que le passé ne peut pas l'emporter sur le pouvoir de l'instant présent.

L'inconscience le crée, la conscience le métamorphose. Saint Paul a exprimé ce principe universel de façon magnifique : "On peut tout dévoiler en l'exposant à la lumière, et tout ce qui est ainsi exposé devient lui-même lumière." Tout comme vous ne pouvez vous battre contre l'obscurité, vous ne pouvez non plus vous battre contre le corps de souffrance. Essayer de le faire créerait un conflit intérieur et, par conséquent, davantage de souffrance. Il suffit de l'observer et cela suppose l'accepter comme une partie de ce qui est ce moment. »


Eckhart Tolle

[Extrait de "Mettre en pratique le pouvoir du moment présent" (Les Editions Ariane)]
Depuis http://serenagaia.blogspot.com/

jeudi 16 février 2012

INREES | Il dialogue avec les corps...




Si vous ne visualisez pas ce message, rendez-vous sur cette page


INREES - Institut de Recherche sur les Expériences Extraordinaires

Alain Cassourra, médecin, ostéopathe, chargé de cours à la faculté de médecine Paris-XIII raconte son itinéraire personnel de la médecine classique à l'ostéopathie dans un livre intitulé L'Energie, l'émotion, la pensée au bout des doigts : au-delà de l'ostéopathie...



Chaque mois, l'INREES sélectionne pour vous ses livres coups de coeur autour de l'extraordinaire...
Dans la guérison, bien des facteurs entrent en jeu, dont l'approche biomédicale n'est pas en mesure de rendre compte...
Fabrice Midal nous parle de Chögyam Trungpa, une figure du bouddhisme...


L'équipe INREES,

www.inrees.com






INREES | Il dialogue avec les corps...

Si vous ne visualisez pas ce message, rendez-vous sur cette page


INREES - Institut de Recherche sur les Expériences Extraordinaires

Alain Cassourra, médecin, ostéopathe, chargé de cours à la faculté de médecine Paris-XIII raconte son itinéraire personnel de la médecine classique à l'ostéopathie dans un livre intitulé L'Energie, l'émotion, la pensée au bout des doigts : au-delà de l'ostéopathie...



Chaque mois, l'INREES sélectionne pour vous ses livres coups de coeur autour de l'extraordinaire...
Dans la guérison, bien des facteurs entrent en jeu, dont l'approche biomédicale n'est pas en mesure de rendre compte...
Fabrice Midal nous parle de Chögyam Trungpa, une figure du bouddhisme...


L'équipe INREES,

www.inrees.com


Vous êtes actuellement abonné à la newsletter de l'INREES - inrees.com
Pour vous désinscrire : cliquez sur ce lien



mercredi 15 février 2012

La Gratitude





Du plus profond de moi-même, je rends grâce pour l'amour que je suis.
Pour l'amour qui est dans ma vie et pour l'amour qui m'entoure,
MERCI.

MERCI pour le miracle de vie que je suis.
Pour le merveilleux cadeau de la vie qui m'habite et qui m'entoure, MERCI.
MERCI pour ce corps parfait.
Pour ma santé et pour mon bien-être, MERCI.
MERCI pour l'abondance que je suis.
MERCI pour l'abondance que je vois tout autour de moi.
MERCI pour toutes ces richesses.
Pour la richesse de ma vie, MERCI.

MERCI pour le flot d'argent qui se dirige vers moi et qui s'écoule à
travers moi.

Pour l'aventure de ma vie et les myriades de merveilleuses
possibilités et probabilités qui s'offrent à moi, MERCI.

MERCI pour l'émerveillement, MERCI pour la joie, MERCI pour la beauté
et l'harmonie, MERCI pour la paix et la tranquillité, MERCI pour les
rires et MERCI pour les divertissements.

Et pour le privilège de servir et de partager le cadeau que je suis,
MERCI, MERCI, MERCI.


http://www.liloumace.com/FR-La-Gratitude_a819.html
 


__,_._,___

vendredi 10 février 2012

La Fraternité de la Robe Bleu-Diamanté



 


 

www.emanuelachinox.com

N.B. Rendez-vous le 13 février 2012, à 19h00. Vous êtes invités à vous asseoir pour méditer et recevoir cette effusion d'énergie. Ainsi sois-il !  libre.

La Fraternité de la Robe Bleu-Diamanté

 

Amour, joie et grâce sont déposés en cet instant sur cette grande assemblée.

Salutations à vos coeurs bien-aimés. Nous sommes la Fraternité de la Robe Bleu-Diamanté. Nous venons des Confins si lointain que dans votre ciel étoilé, nul ne peut nous observer.

La nébuleuse est partie, elle s'est éloignée pour l'élévation de vos vibrations. Nous pouvons maintenant vous regarder. Nous sommes Délégation d'une Étoile particulière qui vient ici aujourd'hui pour parfaire un mouvement, un enclenchement d'une guérison de votre hémisphère du côté droit, afin que le rayon propulsé dans vos grands couronnals d'étoiles puisse s'émerveiller et s'illuminer de porter ainsi le diamant étincelant au Coeur de son Coeur.

Nous sommes Vibration d'un Verbe sacré; nous sommes Vibration d'élévation dans votre laryngé. Nous laissons le Bleu, le Bleu-diamanté de nos auras vous envelopper, afin que vous receviez l'émanation de ce bleuté. Une guérison dans vos auras de cette couleur bleue vient aujourd'hui élever sa teinte, afin que la brillance puisse être regardée par les Confins éloignés.

Elle porte ce  son de couleur  ciel de nuit, d'un ciel étoilé où la reliance de toutes les étoiles vient enclencher mille et un rayons dans vos Unités.

Nous nous penchons à regarder la Terre et nous discutons dans ce parloir où ta conscience peut venir nous retrouver, afin que nous regardions dans l'unité la possibilité d'augmenter, d'élever le Sacré dans ta pensée et dans ton coeur aimé. La pensée et le coeur doivent se regrouper, afin que la blancheur, dans le bleuté de ce diamant étoilé, puisse se refléter au travers de tes yeux. Un changement se percevra de ton teint qui devient plus lumineux; le rayonnement de ton coeur diffuse comme un soleil sur Terre, sa chaleur.

 

Nous sommes là dans cette chambre secrète et nous désirons que tu t'assoies sur ton trône, afin que nous puissions autour de toi, dans un mouvement d'amour, ouvrir nos bras et encercler tout ce qui est de toi. Doucement, dans la grâce de nos pas, nous valsons et nous t'enjoignons ainsi à nous regarder et à nous aimer.

La fluidité agrandit dans ton canal la possibilité de ta communication, d'une communion avec ton autre toi. Simplement t'asseoir, respirer et laisser dégager toutes entraves, tous obstacles qui pourraient venir de ta personnalité. Simplement t'abandonner, afin que nous puissions, dans ce rayon bleuté-diamanté, occuper un espace à l'intérieur de toi. Nous sommes Chirurgiens d'Amour; nous sommes célestement envoyés par les Hauts-Lieux-Sacrés, afin que l'enfant ici puisse s'élever et comprendre de plus en plus que l'Unité est la coupole de son ciel.

Nous continuons de valser dans ce ciel de nuit avec toi; nous danserons ainsi jusqu'au petit matin pour que dans votre mesure de Terre, dans la nuit qui vient, dans le sommeil de l'éveil, nous puissions œuvrer sur ton corps bien-aimé. Simplement t'abandonner, t'abandonner à cette nuit riche d'amour, de grâce et de joie. Chacun qui est ici dans et par l'Esprit en sera rempli dans la joie.

J'ouvre ainsi une autre page de vie, afin que la blancheur du parchemin devienne cet immaculé dans ton coeur. Que l'histoire qui s'écrit soit celle d'aujourd'hui, que le présent soit ton jour, que la paix soit ce jardin où tu sèmes des graines, ta semence dans les temples de qui tu es. A la lecture, à la relecture de ces lettres qui dansent pour chacun, la valse de l'Esprit vient se glisser sur ce parchemin et se placer, afin que tu puisses te regarder et te dire ''aujourd'hui je m'émerveille''. Aujourd'hui, je suis dans la paix car je suis ce livre de paix.

La vivance et la reliance avec les Anciens des Jours est toujours guidée par cette grande épopée de toi et l'apogée touche cette éclaircie de toi lorsque tu t'assoies dans une méditée et que tu laisses la joie t'habiter et la paix te remplir de cette grâce éthernelle. La science en chacun de vous a touché à la renaissance de la flamme orangé-doré qui est venue s'installer dans le Sacré de ton Coeur, afin de brûler toutes impuretés et agrandir ce mouvement de l'Enfant qui devient grand.

Nous regardons et nous aimons les pensées qui suivent en cet instant. Les pensées de l'élévation de vos Esprits sont dans la grâce parfaite, elles touchent à l'étoile qui brille et scintille dans ce jour d'aujourd'hui. Un feu de forêt renaît aujourd'hui de ses cendres et laisse la flamme orangé-doré placer la guérison-compassion dans ce sol sacré, afin que la renaissance du bourgeon puisse s'éclater au printemps qui vient. Nous plaçons ici et là sur la Terre des rayons de toutes les couleurs, des rayons de couleurs inimaginables, d'une grandeur incommensurable, afin que le sol de Terre-Mère puisse se régénérer, s'activer et libérer les toxines qui se sont infiltrées.

Nous, des Cieux étoilés, nous avons regardé la Terre et nous avons désiré, à son signal, parfaire un mouvement pour que sa vibration soit très augmentée dans le treize qui vient. Soyez assurés qu'une grande énergie viendra se placer sur vos grands couronnals d'étoiles, afin que vous ressentiez que la conscience des étoiles fusionnent avec la conscience planétaire et que les hommes prépareront avec un plus grand soin le jardin, le jardin Delcya, le jardin d'Éden, le jardin de Marie, le jardin de Michaël, le jardin de l'enfant grandissant  en cet instant, jardinier de sa propre élévation, de sa propre fleuraison.

 

Nous vous disons qu'en ce treize février, une magie viendra s'installer et se glisser dans un champ étoilé, au Coeur sacré de l'enfant qui se placera dans une méditée à accueillir et recueillir toutes données. Multiples Étincelles de vie, multiples Délégations viendront assister à ce mouvement qui se placera graduellement dans le gradué de ta colonne vertébrale, afin de redresser ton Être dans son Unité. La chaleur vient réchauffer le coeur.

Soyez à remercier dans votre Coeur Sacré, que toutes élévations de toutes chansons soient bien placées, bien enclenchées, bien purifiées, bien élevées. Soyez de grâce, soyez d'amour, toujours dans la pensée, dans le regard, dans le coeur.

Voilà, j'ai dit. Emanuel recevant simplement.

© Copyright 2012 janv. 18 message Émanũel-Ãchinox.

 

Diffusez ce  message à condition d'en conserver l'intégralité de Vérité et d'en indiquer la Source.

 

www.emanuelachinox.com

www.achinox.blogspot.com


__._,_.___

__,_._,___

Sil-te-plaît, pardonne moi

L'effet de vos pensées, de vos paroles

Et si nous créerions le monde autrement...

Méditation guidée

Méditer

Vibration de Saint Germain Le beau Danube bleu

Vibration du Maître ascensionné Saint Germain La valse de l empereur